DECRISPATION ECONOMIQUE, LE TON FINAL EST DONNE

DECRISPATION ECONOMIQUE, LE TON FINAL EST DONNE

8 décembre 2016 0 Par admin

Il y a peu de jours, le gouvernement sortant, au travers le Ministère de Finances annoncé un moratoire fiscal pendant trois mois adressé à toutes les régies financières, en suspendant tous contrôles fiscaux, et bannissant tous types de tracasserie.

Notre inquiétude se trouvait justement à la difficulté de saisir le bien-fondé d’une telle mesure qui n’était bénéficiaire qu’aux opérateurs économiques, et sans incident majeur sur la vie de la population, et plus encore suicidaire pour les recettes publiques.

LE POPULATION SE RETROUVE ENFIN

Lors de la dernière réunion stratégique de la troïka, des mesures plus sérieuses ont été prises, dont ce fameux décret en projet sur la suspension temporaire de la TVA à l’importation sur certains produits de consommation, dont le chinchard, le poulet, huile et riz enfin d’aider la population à mieux s’approvisionner pendant les festivités de fin d’année.

Autres parts les importateurs et pétroliers bénéficierons de plus ou moins soixante-dix millions de dollars pour leur faciliter l’importation et l’approvisionnement du pays durant cette période de festivité que le gouvernement veut moins pénible pour la population.

En somme, les efforts du gouvernement pour décrisper l’économie, tant soit peu de manière temporaire, seront bien accueillis par la population qui continue tout de même à subir la loi du dollar américain qui continue inexorablement à accentuer l’inflation.

  INTRIGUANT TOUT DE MÊME

Sous d’autres cieux, les mesures économiques tendent à élever le niveau de vie de la population, à augmenter le PIB/Habitant, ou encore à mieux distribuer les richesses du pays, par l’amélioration de la desserte en eau, en électricité, relèvement du niveau de l’éducation, de la santé, autant d’indicateurs montrant une amélioration économique et de la qualité de vie de la population.

 En RDC la décrispation économique passe par le ventre, soit exonération d’impôt sur les produits alimentaires de première nécessité, des facilités aux importateurs, rien que de la consommation et la fuite des devises chèrement acquis sur le dos de nos richesses épuisables.

Et si on produisait ces biens de consommation?, pourquoi aller chercher du chinchard et laisser les poissons frais de nos lacs et rivières, pourquoi chercher du poulet surgelé quand on peut en produire localement, pourquoi chercher du riz quand nos agriculteurs peuvent en produire.

Quand une crise économique frappe, n’est-ce pas là l’occasion de diversifier l’économie, nos dirigeants ont-ils appris quelle que chose des différentes crises économiques aux quelles le pays a eu à faire face, ont-ils tiré des leçons ?

Personnellement je ne suis pas d’accord avec ce type de solution temporaire, faut profondément repenser et changer notre modèle économique qui doit nous mener à l’autosuffisance alimentaire, à l’investissement dans l’agriculture et l’industrie agroalimentaire ; et non à des solutions économiques qui ne soulage que le ventre à court terme et creuse le déficit notre balance commerciale.